le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Ce qui te manque, cherche-le dans ce que tu as

Koan Zen

Qui a vu le présent, a vu toutes choses, celles qui sont arrivées dans le passé insondable, celles qui arriveront dans l’avenir.

Marc Aurèle

Il faut rajouter de la vie aux années et non des années à la vie.

Proverbe chinois

Le bonheur dépend de nous seuls.

Aristote

L’esprit cache, se voile des choses ; mais le corps sait, peut-être.

Henry Bauchau

Notre peur la plus profonde n’est pas que nous ne soyons pas à la hauteur, Notre peur la plus profonde est que nous sommes puissants au-delà de toute limite, C’est notre propre lumière et non pas notre obscurité qui nous effraie le plus.

Nelson Mandela

Ne dis pas peu de choses en beaucoup de mots, mais dis beaucoup de choses en peu de mots.

Pythagore

Une petite impatience ruine un grand projet.

Confucius

L'esprit a beau faire plus de chemin que le coeur, il ne va jamais si loin.

Proverbe chinois

On surestime ce que l’on n’est pas et on sous-estime ce que l’on est

Malcolm Forbe

Cancer : l’impact du stress ou comment mieux protéger l’esprit et le corps

Cet article a été rédigé par Raïssa Blankoff, naturopathe à partir des travaux Pr David Spiegel, Directeur du centre « stress et santé », Université de Stanford, Etats-Unis. Depuis 40 ans, le Professeur Spiegel se consacre à la recherche en psycho-neuroendocrinologie. Il a pu établir des liens entre la maladie et le stress, et a mis en évidence, dans de nombreuses études, le déclenchement par le stress d'une cascade de réactions sur d’autres systèmes du corps : hormonal, nerveux, métabolique, immunitaire... Il a notamment étudié les types et les niveaux de stress auxquels sont confrontés les patients atteints de cancer.

Il n’y a pas un stress, mais des stress

Le cancer ne génère pas un stress mais des stress. A l’annonce de la maladie, comment faire face ? Comment vivre avec un terroriste en soi ? Comment relativiser l’angoisse de la mort qui touche environ 50% des patients, alors que 50% meurent finalement d’autres maladies ? Comment supporter les changements familiaux, vestimentaires, comment trouver une place différente dans le même monde, comment manger, comment dormir ? La fin des traitements est également génératrice de stress : que se passera-t-il au moment de l’arrêt d’une chimiothérapie ? Lorsqu'on n’est plus pris en charge quotidiennement par le staff médical ? Quel est le risque de récidive ? Que faire avec la peur de l’isolement ? Chaque stade est susceptible de générer un stress propre. Le Professeur Spiegel montre à quel point ces stress ont des effets directs sur la maladie, autant que les traitements chimiques, et pourquoi il est indispensable de prendre en charge l’individu dans son ensemble et pas uniquement sa maladie, pour obtenir des résultats optimisés.suite

Date de la dépêche : 29 novembre 2014

Auteur : Swan

Source : Passeportsante.net

Mentions légales