le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

C'est une folie que de vouloir guérir le corps sans vouloir guérir l'esprit.

Platon

Vivre simplement pour que simplement d'autres puissent vivre

Gandhi

Je marche pour savoir où je vais.

Goethe

De nos maladies, la plus sauvage est de mépriser notre être.

Montaigne

Ce qui est maintenant prouvé ne fut jadis qu'imaginé.

William Blake

L'avenir n'est jamais que du présent à mettre en ordre. Tu n'as pas à le prévoir mais à le permettre.

Antoine de Saint Exupéry - Extrait de ses Mémoires du large

Qu’est-ce que le bonheur, sinon le simple accord entre un être et l’existence qu’il mène.

Albert Camus

Si quelqu’un me guérit et me retire mon mal, j’entends aussi qu’il me hisse au niveau de conscience que j’aurais atteint si j’avais moi-même résolu ce que ce mal devait m’apprendre. Sinon, s’il me laisse dans le même état de conscience après m’avoir retiré mon mal, il me vole l’outil de croissance que peut être cette maladie.

Yvan Amar

Il n’est pas une seule chose qui échappe au moment présent.

Dogen

Il faut se réserver le droit de rire le lendemain de ses idées de la veille

Napoléon Bonaparte

Cancer : l’impact du stress ou comment mieux protéger l’esprit et le corps

Cet article a été rédigé par Raïssa Blankoff, naturopathe à partir des travaux Pr David Spiegel, Directeur du centre « stress et santé », Université de Stanford, Etats-Unis. Depuis 40 ans, le Professeur Spiegel se consacre à la recherche en psycho-neuroendocrinologie. Il a pu établir des liens entre la maladie et le stress, et a mis en évidence, dans de nombreuses études, le déclenchement par le stress d'une cascade de réactions sur d’autres systèmes du corps : hormonal, nerveux, métabolique, immunitaire... Il a notamment étudié les types et les niveaux de stress auxquels sont confrontés les patients atteints de cancer.

Il n’y a pas un stress, mais des stress

Le cancer ne génère pas un stress mais des stress. A l’annonce de la maladie, comment faire face ? Comment vivre avec un terroriste en soi ? Comment relativiser l’angoisse de la mort qui touche environ 50% des patients, alors que 50% meurent finalement d’autres maladies ? Comment supporter les changements familiaux, vestimentaires, comment trouver une place différente dans le même monde, comment manger, comment dormir ? La fin des traitements est également génératrice de stress : que se passera-t-il au moment de l’arrêt d’une chimiothérapie ? Lorsqu'on n’est plus pris en charge quotidiennement par le staff médical ? Quel est le risque de récidive ? Que faire avec la peur de l’isolement ? Chaque stade est susceptible de générer un stress propre. Le Professeur Spiegel montre à quel point ces stress ont des effets directs sur la maladie, autant que les traitements chimiques, et pourquoi il est indispensable de prendre en charge l’individu dans son ensemble et pas uniquement sa maladie, pour obtenir des résultats optimisés.suite

Date de la dépêche : 29 novembre 2014

Auteur : Swan

Source : Passeportsante.net

Mentions légales