le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

L´échec est le fondement de la réussite.

Lao-Tseu

Lorsqu'il y a dix pas à faire vers quelqu'un, neuf n'est que la moitié du chemin.

Jules Barbey d'Aurevilly

Que fait-on quand un problème est insoluble ? On change le problème.

Jean Monnet

Ne dis pas peu de choses en beaucoup de mots, mais dis beaucoup de choses en peu de mots.

Pythagore

Tu cesseras de craindre en cessant d’espérer

Sénèque

Il faut perdre la moitié de son temps pour pouvoir employer l’autre.

Locke

Accepter, ce n’est pas la même chose que s’adapter tant bien que mal.

Swami Prajnanpad

La personne qui entre d'un côté de l'expérience méditative n'est pas la même que celle qui sort de l'autre côté.

Gunaratana

Se ménager du temps est nécessaire pour l’esprit. Pour l’esprit, il faut du temps perdu

Paul Valéry

Quand on dure assez longtemps on a vu tout et le contraire de tout.

Montaigne

A quoi sert une analyse de selles ?

L’éclairage du Dr Natalio Awaïda, docteur en médecine, titulaire d’un DES en biologie médicale, spécialisé en copro-parasitologie, sur les diarrhées, maladies inflammatoires intestinales, la maladie coeliaque, les intolérances alimentaires, le fécalogramme.

Les diarrhées : apprendre à les différencier- les analyses utiles.

Il s’agira d’abord de distinguer les diarrhées aigües des diarrhées chroniques :

  • La diarrhée aigüe se caractérise par un épisode récent qui survient « comme un coup de tonnerre dans un ciel serein », le patient ne présentant  pas d’antécédents digestifs notables.

 

  • Il s’agira de rechercher si le patient revient d’une zone tropicale (chaude et humide) dans laquelle les amibes vont croître (parasitose).
  • Un séjour dans un pays où l’hygiène est défectueuse ou bien dont les conditions de séjour particulières (trekking, repas chez l’habitant..) obligeront à rechercher également la présence d’une bactérie pathogène classique comme Salmonella,  Shigella, Yersinia, Campylobacter…
  • La plupart du temps, c’est-à-dire dans plus de 90% des cas, ces diarrhées aigües sont virales  (rotavirus, adénovirus etc… ). Une diarrhée virale se résout dans la très grande majorité des cas en moins de quatre jours, mais des rechutes sont possibles (surtout pour l’Adénovirus), moins d’un mois après.
  • Il faut également penser aux toxines du Clostridium perfringens qui provoque des diarrhées glairo-sanguinolentes. Cette bactérie, commensale du tube digestif, va se développer et proliférer après une antibiothérapie, notamment par Pyostacine  et Quinolones (ciprofloxacine et norfloxacine).
  •  D’autres toxines (substances sécrétées par les bactéries) sont à l’origine de syndromes diarrhéiques non étiquetés.  On ne sait pas les rechercher en pratique ou alors le coût est prohibitif. On retrouve souvent ces toxines dans le syndrome diarrhéique post-tropical. Il convient de bien hydrater les patients et de renforcer la flore par la prise de probiotiques.

 

  • La diarrhée chronique : c’est une diarrhée ancienne qui se répète sur un terrain déjà connu, et souvent familial. Dans 70% des cas, cette diarrhée est une « colopathie fonctionnelle » que le patient connait depuis son enfance ou son adolescence développée en général avant l’âge de 25 ans (Ce diagnostic de colopathie fonctionnelle est un diagnostic d’élimination  et ne peut être posé qu’une fois toutes les explorations de base réalisées.)

 

Lire la suite sur www.passeportsante.net

Date de la dépêche : 20 juin 2015

Auteur : Raïssa Blankoff

Source : Passeport Santé

Mentions légales